Mademoiselle Ô au Balajo lors d'un apéro swing en mars 2014

Mademoiselle Ô

Mademoiselle Ô au Balajo lors d'un apéro swing en mars 2014
Mademoiselle Ô au Balajo lors d’un apéro swing en mars 2014

Pour cette photo, pose, coiffure, éclairage et maquillage me sont imposés puisqu’il s’agit d’un spectacle. Cela faisait deux ans que je n’avais pas eu l’occasion de voir Mademoiselle Ô et je souhaitais absolument marquer l’instant.

J’ai donc choisi ce moment où elle est mise en avant par ses pairs, c’est à dire lors du final. L’intérêt qu’on lui porte est accentué par le regard de Sirode dirigé vers elle sur le bord du cadre gauche.

La difficulté résidait dans le point rouge qu’elle s’était dessiné sur le nez au risque d’accrocher trop le regard.

L’oeil est en premier lieu attiré par les humains, chez eux, c’est le visage qui concentre l’attention avec des points de fixation hiérarchiques (d’abord l’oeil puis la bouche et enfin le nez et les oreilles). Les caricaturistes accentuent nez et oreilles pour casser la vision du personnage. Je voulais mettre Mademoiselle Ô en avant et non la caricaturer aussi ai-je positionné son oeil sur un point fort (intersection des lignes marquant les tiers de l’image) et ai laissé les trois autres libres.

Pour faire ressentir ce moment d’éternité où elle est mise en valeur, il restait à jouer sur les avant-plans et arrières-plans.

L’arrière-plan présentant des figures humaines, il fallait le rendre flou afin qu’il ne perturbe pas le regard en attirant ailleurs que sur mon sujet. Le visage de Sirode en dehors du bloc composé par Mademoiselle Ô permet de rééquilibrer les masses, et son regard permet au spectateur de revenir sur le sujet principal. En effet, aussitôt après s’être porté sur le point de force que j’ai choisi, notre regard se dirige, en diagonale, en bas à gauche, comme pour passer à la ligne, sur Sirode donc (c’est culturel et lié à notre apprentissage de la lecture).

Le plan doit exprimer ce moment de plénitude, il le fera pas contraste avec l’avant-plan sur les mains de Mademoiselle Ô qui applaudissent. Le flou de mouvement ajoute le dynamisme et augmente l’instantané du regard et du sourire.